Expériences vécues

 

Vidéo sur le site d'Infor Jeunes du parcours de formation de Kevin, après avoir décroché de l’enseignement traditionnel, Kevin nous raconte son parcours et sa formation en bureautique au COFTeN. Il travaille actuellement au CPAS d’Etterbeek comme employé administratif.

Akmal (technicien)

"Mon expérience au COFTeN reste la meilleure expérience éducative. Je ne me suis jamais senti dans un établissement scolaire et ni dans un cercle professionnel, mais tout simplement dans une grande famille multiculturelle qui donnait l'envie d'apprendre. Celle-ci m'a redonné confiance en moi-même et surtout a retracé l'image de l'avenir. L'entreprise a besoin de nous mais nous avons d'abord besoin des centres de formation tel que le COFTeN pour y arriver. Tout dépend de notre motivation. Si on a la motivation, le COFTeN sert à la maintenir et à la guider. Je me suis toujours dis que c'était ma dernière chance donc j'ai donné un maximum. Cela m'a permis d'avoir un métier aujourd'hui.Tout ce que j'ai appris, au COFTeN, me permet de maintenir ma place professionnelle."

Sylvia (secrétaire)

"Lorsque la formation a débuté, je me demandais si j'étais capable de reprendre un rythme « scolaire » car quelques années étaient passées depuis que j'avais quitté les cours. De plus, je m'inquiétais aussi pour ma situation financière car la formation est longue et ne vivre qu'avec un petit chômage mais avec toujours le même loyer et les mêmes factures à payer que lorsque j'étais salariée (dans l'horeca) n'est pas facile. Il est certain que j'ai du faire preuve de volonté, je me motivais en pensant que c'était une période de restriction pour un mieux. Concernant le rythme, on s'y habitue vite et j'étais bien contente d'avoir mes soirées et week-ends de libre (chose que je n'aurais jamais eu dans l'horeca). Je dois avouer que la bonne ambiance dans notre groupe m'a aidée à être présente tous les jours! Quand la formation et les stages furent terminés, je m'interrogeais de savoir si j'allais trouver un emploi et un mois plus tard j'étais engagée ! Maintenant, je travaille toujours dans la même société et je suis très contente de pouvoir avoir un horaire normal et une stabilité d'emploi."

Jenifer (secrétaire)

"J’ai reçu une très bonne formation en informatique, dans le service où j’ai commencé, j’étais la seule à connaître Access et à bien maîtriser Excel. Tout ce que j’ai appris au centre, les techniques de secrétariat avec Nicole m’ont également été très utiles. J’ai commencé avec un contrat de remplacement et j’ai signé par la suite pour un contrat à durée indéterminée comme secrétaire. N’hésitez pas, prouvez ce que vous pouvez faire et foncez, n’ayez pas peur de vous investir même pour un mois."

Olivier (technicien)

"Alors, que dire de mon expérience au Coften ? Elle fut très fructueuse à mes yeux, 15 mois de formation intensive, des données, des trucs et astuces, 15 mois de bonheur. Grâce à la formation, j'ai eu l'opportunité d'approfondir le peu de connaissances que j'avais en arrivant au centre, les formateurs connaissent leurs matières, ils sont toujours à l'écoute des élèves qui ont des problèmes. ;-)) Les cours sont une mine d'OR dans le travail : je ne compte plus le nombre de fois que je consulte mes notes pour résoudre certains soucis dans mes diverses missions... L'important pour la formation, c'est la volonté, avec cette motivation, on quitte le centre avec un bagage qui ouvre une quantité de portes sur l'avenir... Donc pas sérieux, s'abstenir !!! Quand je repense à la promotion 2000/2001, je me dis que suivre des cours dans une ambiance super géniale, avec des formateurs hyper géniaux, on a pas envie de sécher les cours comme on le ferait au lycée..."

Caroline (aide-comptable)

"Lors de mon premier emploi, je m’occupais seule de la comptabilité d’une petite PME. La formation m’a donné toutes les bases utiles pour savoir où je devais aller chercher l’information. En cas de problème, avec mes cours et un plan comptable, j’ai pu m’en sortir."

Alena (employée polyvalente)

"Le français n’est pas ma langue maternelle, mais j’ai pu sur mon lieu de stage mettre ma langue maternelle en pratique. Il ne faut pas se décourager, moi j’ai eu la chance qu’une place s’est libérée durant le stage et j’ai été engagée."